Note

Thank you very much for your interest in our website.

Since 01/12/16 Microsoft no longer provides security updates or technical support for old versions of Internet Explorer. Regular security updates contribute to the protection.

https://www.microsoft.com/en-us/microsoft-365/windows/end-of-ie-support

We recommend that you update your browser to view our website in full, e.g. with Google Chrome, Mozilla Firefox or Apple Safari.

If you would like to continue using Internet Explorer, please note that the content may not be displayed correctly due to lack of support.

Thank you for your understanding,
Your MainFirst Team

Verstanden, Seite trotzdem benutzen
False

En attendant l’année du lapin : Quelles mesures les autorités chinoises déploient-elles pour assurer une reprise au second semestre ?

Par Andranik Safaryan

La Chine a connu de multiples développements depuis le début de la crise du Covid. Les marchés d’actions chinois ont atteint un sommet en février 2021, gagnant plus de 40% par rapport à 2020 grâce à une gestion efficace de la pandémie. Les investisseurs ont ensuite dû faire face à un tour de vis réglementaire à l’encontre de secteurs tels que la technologie, l’enseignement privé et l’immobilier, sous l’effet duquel les marchés d’actions ont aujourd’hui cédé la quasi-totalité de leurs gains précédents. Quels outils budgétaires et monétaires le gouvernement emploie-t-il désormais pour stimuler l’économie ?

 Le président Xi Jinping a justifié les mesures réglementaires de grande ampleur mises en œuvre en 2021 par l’aspiration à la « prospérité commune », concept théorisé en son temps par l'ancien président Mao Zedong, fondateur de la République populaire de Chine, et au travers duquel l’Etat vise à réduire les inégalités sociales en intervenant davantage dans le secteur privé. Si le durcissement réglementaire à l’égard du secteur technologique semble s’être apaisé récemment après la décision rendue à l’encontre de Didi (sous la forme d’une amende de 1,2 milliard USD), le désendettement du secteur immobilier mené sous la houlette de l’Etat a eu des répercussions négatives plus marquées sur l’économie et reste un casse-tête pour les responsables politiques. Pour ajouter encore à ces difficultés, le pays continue de s’efforcer d’enrayer la pandémie après l’explosion du nombre de cas de contaminations au variant Omicron en mars, qui a entraîné le confinement de villes d'importance stratégique comme Shanghai. Dans ce contexte, nous passons en revue les questions clés les plus importantes à l’horizon des prochains trimestres.

Quelles mesures les responsables politiques ont-ils prises face au ralentissement de la croissance dû à la pandémie ?

Les autorités chinoises y ont répondu avec force, et de nouvelles mesures sont attendues. Alors que le pays se confinait, de mars à mai, les autorités tant monétaires que budgétaires se sont employées à répondre à la nécessité urgente de stimuler l’économie. Sur le plan monétaire, la Banque populaire de Chine (PBOC) est aujourd’hui la seule grande banque centrale à continuer d’assouplir sa politique, à la faveur de pressions inflationnistes moindres que dans les autres pays. En avril, elle a par ailleurs abaissé de 25 pb le ratio de réserves obligatoires (RRO) appliqué aux banques commerciales des régions administratives et aux banques rurales soumises à un RRO de plus de 5%, ce qui a permis de dégager 530 milliards CNY (78,5 milliards USD) de liquidités. En mai, le taux directeur des prêts à 5 ans, qui sert de base aux prêts hypothécaires nationaux, a également été abaissé de 15 pb à 4,45% afin de soutenir l’économie en général et les achats immobiliers en particulier. Dans le même temps, fin avril, Xi Jinping s’est engagé à augmenter fortement les dépenses d’infrastructure afin de promouvoir la croissance et l’emploi. Ces mesures concerneront principalement les secteurs des transports, de l’énergie et de la gestion de l’eau, mais une partie des fonds sera également allouée à des dépenses non traditionnelles, en faveur notamment des centres de données. Dès le mois de juin, les gouvernements locaux avaient déjà émis leur quota annuel d’obligations d’Etat spéciales, fixé à 3.650 milliards CNY (540 milliards USD). Ces mesures de relance sont d’une ampleur sans précédent, et le volume d’émissions est supérieur à celui de 2020. On peut en outre s’attendre à de nouvelles émissions dans la mesure où une part du quota de 2023, de l’ordre de 1.500 milliards CNY, devrait être mise sur le marché dès cette année. D’autres mesures ont également été prises, allant de réductions d’impôt à la création récemment d’un fonds d’investissement en infrastructures de 500 milliards CNY, qui devrait être opérationnel au troisième trimestre. Globalement, les mesures de relance budgétaire devraient dépasser 7.000 milliards CNY, soit le triple de celles mises en œuvre en 2021.

Quelles mesures les autorités ont-elles prises pour soutenir le secteur immobilier et sont-elles suffisantes ?

De multiples mesures ont été mises en œuvre au premier semestre afin d’enrayer la crise du secteur de l’immobilier. Bien qu’elles aient contribué à atténuer la pression et qu’elles aillent dans le bon sens, les promoteurs chinois restent confrontés à une crise de liquidité sans précédent, qui a déjà entraîné des défauts de la part d’acteurs de premier plan tels qu’Evergrande. Pour leurs interventions, les autorités semblent jusqu'ici se conformer à un vieux proverbe chinois, qui enseigne de « réfléchir à trois fois avant d’agir », car plutôt que de déployer les grands moyens, elles ont jusqu’ici réagi de manière mesurée, ce qui s'est avéré très préjudiciable. Une réponse à même de changer la donne est nécessaire pour convaincre les investisseurs et les acheteurs immobiliers et éviter de nouveaux effets de contagion néfastes. Récemment, les remboursements des hypothèques concernant quelque 300 projets non livrés dans les temps ont été suspendus. Les autorités, aussi bien centrales que locales, ont pris des mesures afin d’éviter que cette perte de confiance ne s’aggrave. Au niveau local, la province du Henan, où l’on recense le plus grand nombre de projets non finalisés, a enjoint à sa société de gestion d’actifs de venir en aide aux promoteurs immobiliers en difficulté, en donnant la priorité aux projets non achevés. Au niveau central, les dernières informations semblent indiquer que la PBOC met actuellement en place, conjointement avec les banques publiques, un fonds de soutien gouvernemental de 300 milliards CNY en faveur du secteur immobilier. Bien que ce montant ne soit pas suffisant pour résoudre la crise, c’est néanmoins un outil utile, qui pourrait être réutilisé/accru s’il s’avère efficace. Nous espérons voir les sociétés de gestion d’actifs, ou des fonds de stabilité, prendre davantage de mesures de ce type à l’avenir. En outre, il serait utile que les projets des promoteurs en difficulté soient repris en main par des sociétés publiques. Enfin, une forte reprise des ventes immobilières sera également nécessaire pour assurer la stabilité du marché à moyen terme. Si cela dépendra de l’évolution de la pandémie, nous sommes convaincus que les autorités vont continuer de s’attacher à soutenir un secteur qui représente entre 25 et 30% de l’économie. Cependant, une réponse plus importante et plus ferme de la part des pouvoirs publics est une condition sine qua non pour mettre fin à la crise et redonner confiance aux investisseurs afin que le secteur puisse enfin aller de l’avant.

L’économie peut-elle se redresser au second semestre 2022 ?

L’économie a déjà repris des couleurs en juin lorsque les mesures de confinement ont été levées, ce qui s’est traduit par une hausse du PMI manufacturier, qui est passé de 49,6 à 50,2, ainsi que par une accélération des dépenses d’investissement et des ventes de détail. Selon nous, les importants efforts déployés en faveur des infrastructures peuvent permettre à l’économie de reprendre de l’allant après la morosité observée au deuxième trimestre. La mise en œuvre de nouvelles mesures de confinement strictes affectant de larges pans de l’économie domestique, comme au deuxième trimestre, aurait évidemment un impact négatif sur les dépenses de consommation et l’activité industrielle, ce qui affaiblirait le rebond économique attendu. A notre avis, les autorités chinoises vont maintenir leur politique « zéro Covid » pendant un moment encore, au moins jusqu'à la fin du 20e congrès national du Parti communiste qui se tiendra au quatrième trimestre. Xi Jiping, qui brigue un troisième mandat, ne peut en effet pas se permettre de voir le nombre de décès liés au Covid remonter. La poursuite de la vaccination des personnes vulnérables devrait en outre permettre une hausse notable du taux de vaccination d’ici le congrès, ce qui devrait également contribuer à inciter les autorités à abandonner leur politique de tolérance zéro. Entre avril et juillet, la part de la population de plus de 60 ans ayant reçu une dose de rappel est passée de 52 à 64%. Si nous attendons davantage de données probantes en la matière, nous sommes convaincus que les autorités chinoises disposent des outils budgétaires et monétaires nécessaires pour stimuler l’économie, et plus encore si nécessaire.

Auteur : Andranik Safaryan, Gérant de portefeuille, Équipe Emerging Markets/Corporate Debt

Vers la page Actualités

Informations réglementaires

Le présent document est une communication publicitaire.

La présente communication publicitaire est fournie à titre purement informatif et offre au destinataire des informations sur nos produits, nos concepts et nos idées. Le présent document ne saurait constituer une base pour acheter, vendre, couvrir, transférer ou hypothéquer des actifs. Aucune des informations qu'il contient ne constitue une offre d'achat ou de vente d'un instrument financier, ni ne repose sur une quelconque prise en compte de la situation personnelle du destinataire. Elles ne résultent pas non plus d'une analyse objective ou indépendante. MainFirst ne donne aucune garantie ni assurance, expresse ou implicite, quant à l'exactitude, l'exhaustivité, la pertinence ou l’adéquation au marché des informations fournies au destinataire dans les webinaires, podcasts ou newsletters. Le destinataire prend acte du fait que nos produits et concepts peuvent être destinés à différentes catégories d'investisseurs. Les critères se fondent exclusivement sur le prospectus de vente en vigueur. La présente communication publicitaire ne s’adresse pas à un groupe spécifique de destinataires. Chaque destinataire doit dès lors s’informer de manière individuelle et sous sa propre responsabilité au sujet des dispositions pertinentes des documents de vente actuellement en vigueur, seule base valable en vue de l'acquisition d’actions. Aucune promesse ou garantie contraignante concernant des résultats futurs ne peut être déduite des contenus mis à disposition ni de nos supports publicitaires. Aucune relation de conseil ne découle de la lecture ou de l'écoute d'un contenu. Tous les contenus sont fournis à titre d'information uniquement et ne peuvent remplacer un conseil en investissement professionnel et individuel. Le destinataire a demandé la newsletter à ses propres risques ou s’est inscrit à un webinaire ou à un podcast, ou utilise d’autres supports publicitaires numériques de sa propre initiative. Le destinataire/participant accepte que le format publicitaire numérique soit produit d'un point de vue technique et soit mis à sa disposition par un fournisseur d'informations externe qui n’a aucun lien avec MainFirst. L’accès et la participation aux formats publicitaires numériques sont réalisés par le biais d’infrastructures basées sur Internet. MainFirst décline toute responsabilité quant à toute interruption, annulation, perturbation, suppression, non-exécution ou tout retard en lien avec la mise à disposition des formats publicitaires numériques. Le participant reconnait et accepte que lors de la participation à des formats publicitaires numériques, des données à caractère personnel peuvent être visibles et enregistrées par le fournisseur d’informations et transmises à ce dernier. Mainfirst décline toute responsabilité en cas de violation des obligations en matière de protection des données par le fournisseur d'informations. Les formats publicitaires numériques peuvent être consultés uniquement dans les pays dans lesquels leur diffusion et l’accès à ceux-ci sont autorisés par la loi.
Veuillez vous reporter au prospectus de vente en vigueur correspondant pour une description complète des opportunités et des risques associés à nos produits. La seule base valable et juridiquement contraignante pour l'acquisition d'actions est constituée par les documents de vente (prospectus, documents d'information clé pour l'investisseur (DICI), rapports annuels et semestriels), qui fournissent des informations détaillées sur l'acquisition d'actions et les risques qui y sont associés. Les documents de vente en langue allemande cités (ainsi que des traductions non officielles dans d'autres langues) sont disponibles gratuitement à l’adresse www.mainfirst.com ainsi qu’auprès de la société de gestion MainFirst Affiliated Fund Managers S.A et de la banque dépositaire ainsi qu'auprès des agents payeurs et d'information nationaux correspondants et auprès du représentant en Suisse. Il s’agit de :

Autriche : Raiffeisen Bank International, Am Stadtpark 9, A-1030 Wien, Österreich; Belgique : ABN AMRO, Kortijksesteenweg 302, 9000 Gent, Belgium; Finlande : Skandinaviska Enskilda Banken P.O. Box 630, FI-00101 Helsinki, Finland; France : Société Générale Securities Services, Société anonyme, 29 boulevard Haussmann, 75009 Paris, France; Allemagne : MainFirst Affiliated Fund Managers (Deutschland) GmbH, Kennedyallee 76, D-60596 Frankfurt am Main, Deutschland; Italie : Allfunds Bank Milan, Via Bocchetto, 6, 20123 Milano MI, Italy; Lichtenstein : Bendura Bank AG, Schaaner Strasse 27, 9487 Gamprin-Bendern, Lichtenstein; Luxembourg : DZ PRIVATBANK S.A., 4, rue Thomas Edison, L-1445 Strassen; Portugal : BEST - Banco Eletronico de Servico Toal S.A., Praca Marques de Pombal, 3A,3,Lisbon; Espagne : Societe Generale Sucursal en Espana, Plaza Pablo Ruiz Picasso, 1, 9th floor, 28020 Madrid, Spain; Suède : MFEX Mutual Funds Exchange AB, Grev Turegatan 19, Box 5378, SE-102 49, Stockholm, Sweden; Suisse : Représentant : IPConcept (Schweiz) AG, Münsterhof 12, Postfach, CH-8022 Zurich, Agent payeur : DZ PRIVATBANK (Schweiz) AG, Münsterhof 12, CH-8022 ZurichSuisse : Représentant : IPConcept (Schweiz) AG, Münsterhof 12, Postfach, CH-8022 Zurich, Agent payeur : DZ PRIVATBANK (Schweiz) AG, Münsterhof 12, CH-8022 Zurich; UK: Société Générale Securities Services, Société Anonyme (UK Branch), 5 Devonshire Square, Cutlers Gardens, London EC2M 4TL, United Kingdom.

La société de gestion peut, pour des raisons nécessaires d'une point de vue stratégique ou juridique, dans le respect d’éventuels préavis, résilier des contrats de distribution existants avec des tiers ou retirer des autorisations de distribution. Les investisseurs peuvent s'informer au sujet de leurs droits sur le site Internet www.mainfirst.com ainsi que dans le prospectus de vente. Les informations sont disponibles en allemand et en anglais ainsi que, dans certains cas, dans d’autres langues également. Une description détaillée des risques figure dans le prospectus.
La présente publication est soumise aux droits d’auteur, de propriété des marques et de propriété industrielle. Toute reproduction, diffusion, préparation à la consultation, mise à disposition en ligne ou reprise sur d’autres sites web, ainsi que la publication totale ou partielle sous une forme modifiée ou identique, n’est autorisée qu’après avoir obtenu l’accord écrit préalable de MainFirst.
Copyright © 2022 MainFirst Group (composé de sociétés appartenant à MainFirst Holding AG, ci-après "MainFirst"). Tous droits réservés.